BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

28.5.10

Conférence


M: Je vous demanderais juste de vous écarter parce qu’êt’ là de même, c’est ridicule…
H : Ce document, ce n’est pas autant le solde d’une lourde incompétence administrative, ce l’est aussi pour l’ensemble de la population…je veux dire, ce sont des chiffres complètement exorbitants et on nous fait à croire en tant que citoyens que la situation des lock-out est absolument légale, et qu’on permet que ça s’éternise depuis des mois, quand au fait ce l’est pas du tout...et j’….
(les journalistes posent plein de questions à la fois)
H : …bon, écoutez…écoutez! Ce n’est pas autant de la faute au Premier Ministre qu’au Gouverneur Général et c’est pourquoi je demande la démission de tous les cadres par intérim et je demanderais au greffier d’annoncer l’état d’indépendance immédiate….
(encore un chœur de questions qui se piétinent, et dont on n’entend que des bribes)
H : …écoutez, il n’y à rien de définitif, et je sais de grief qu’on risque d’avoir des problèmes plus larges avec la communauté internationale, mais il faut garder la tête haute parce qu’on a surtout de la dignité impeccable dans cette affaire, ce sont eux qui doivent avoir le sommeil lourd, alors je fais l’annonce là mais ça veut rien dire en soi, d’autres ratifieront l’annonce et ce sera alors à voir mais je demande euh… j’ai demandé tout à l’heure à l’intérieur dans l’hémicycle au greffier de suspendre délibération, de suspendre les faux cadres, qui sont là à la place des autres, et de déclarer l’indépendance, moi je peux pas le faire, ça c’est au bout complètement de mes pouvoirs ce que je fais là, c’est in extremis…alors… (il fait signe à M)
M : C’est le tour aux questions, mais soyez brefs svp le ministre doit partir sous peu, oui…un tel (par son nom)…
1 : Est-ce qu’on peut dire que c’est une indépendance de facto, monsieur le procureur général?
H : Écoutez, je n’ai aucune autorité légale ni force de frappe militaire pour déclarer l’indépendance, mais je vous annonce seulement que le processus est enclenché et que tout le long de la ligne, les éléments nécessaires sont placés et travaillent déjà ensemble, je vous dirai que ce n’est pas un fait mais au moment où on se parle c’est déjà inévitable.
2 : Merci, monsieur le procureur général : vous avez parlé de la possibilité d’au moins quelques incidents diplomatiques. Qu’envisagez vous et qu’est-ce qui a été fait pour l’éviter?
H : Hébien…
2 : …excusez, je n’avais pas fini…quels sont d’près vous les risques d’une guerre?
H : Oui…euh alors…je…mon cabinet et moi avons couvert suffisamment les exigences diplomatiques nécessaires, et nous avons conféré avec quelques diplomates et experts étrangers notamment, afin de mieux comprendre les enjeux. Je pense qu’en tout cas la réalisation de l’indépendance ne fera pas l’unanimité mais que toute friction peut ensuite être réglée très aisément de façon diplomatique, sans avoir recours à aucune forme de violence, telle est notre conviction et notre volonté, et soyez rassurés qu’on veille à éviter ce type de conflit très spécifiquement et nous croyons, comme beaucoup de représentants à l’ONU, que le dialogue et la diplomatie sont toujours les moyens les plus efficaces pour la dissipation de conflits.
M : Une dernière….
3 : Merci, monsieur le procureur, avez-vous consulté avec tous les groupes politiques dans l’éventualité de l’indépendance, quelles seraient vos mesures internes, comment voudriez-vous constituer un nouveau gouvernement, auriez-vous recours à l’opinion populaire?
(grondements, peur de dictature généralisée, sensation de « il est encore temps »)
H : Messieurs dames, ce ne sont pas des mesures que je l’autorité de prendre en c…
3 : …oui mais quand vous l’aurez…
H : (très…interrompu)...heu, excusez?
3 : Vous dites que l’indépendance est inévitable, donc quand vous aurez l’autorité inévitablement, que se passera-t-il?
H : Ah oui je vois je comprends maintenant votre question (feignant la bonhomie, petit rire malaisé mais maîtrisé) voyez-vous, ce ne sont pas des décisions que nous pouvons prendre donc nos priorités se situent ailleurs, éventuellement quand le temps sera venu de se pencher sur les questions de l’organisation interne, de la structure etcétéra, nous les ferons avec les personnes pertinentes en temps et lieux, mais pour l’instant l’important est de pouvoir assurer la résistance à long terme de l’entité indépendante, et que le processus puisse être mené à bien, et pour ça nous devons nous mettre au travail sans plus tarder. Sur ce merci beaucoup pour votre attention, messieurs dames. Bonsoir.
(Une autre pluie de questions et d’interjections fuse de toute part, mais H est escorté déjà hors du lieu).