BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

5.6.10

Tentations Ferroviaires


j’aime et c’est tout
et c’est une horrible ivresse

le monde s’éloigne en pataugeant
de ma noyade

sa difformité bleue et courbe
sur mon museau fourbe
se dresse

*
en sifflotant l’hymne orné de ma mort
défaite du mystère
compréhensible chute s’en suivit

j’avais treize ans et j’
apprenais la mort

(l’esseulement de l’âme dans le temps)

*

pas deux autobus passent
que je me décourage
de porter des abcès béants

le mot décourage
contient la rage et la cour
le décor enragé

dieu (on le sait)
n’est pas sympa
comme une fonctionnaire
que je tuerais

*

milite quand la peur impasse
que trouble-fêtes s’empilent
que bines manquent

mais aussi si tout fonctionne
car c’est louche

*

dis
pour cet immense péril
du demain
les mots nécessaires
et ferme
ma conscience

*

plusieurs mètres de mèche
plusieurs litres
apprenez prolétaires si vous
n’êtes pas messies rampants
à me faire dégueuler
plusieurs kilos d’ammonal
de foisonnants dégâts
plusieurs engins à fabrication artisanale
ont été trouvés
ont été trouvés
ont été trouvés
ont été trouvés

*

ici les gens sont corrects
donc au diable votre loi
je fais comme je veux
essayez donc de m’en empêcher
ostie

discours adolescent?
regardez plutôt mes autres poèmes
gang de ploucs

*

moi je ne donne pas de petit aumône
aux pôvres
je m’en sacre éperdument s’ils souffrent
je souffre aussi
qu’ils se fassent étriper

*

quasi accosté sur le ciment vomi
je quête l’aube claire de mes tressages de gars
et de souhaits idiots

je quête l’aube idiote de toutes mes forces
et si un feu de circulation s’éloigne de ma cadence
j’y vois signe et augure

et si un feu s’allume sur le vermis de ma demeure
qui portera l’eau ardente?
qui sauvegardera le trésor?

*

orthèse câline
massant et corrigeant
massant et corrigeant
un jour tu verras le pont
que t’as fait démolir
par jeu

*

j’imagine que ça va être plein de connards
donc je n’y vais pas
ne serait-ce que j’en tue un puis

il va falloir que je donne des explications
à d’autres connards


*

quand ton gouffre solitaire
tu l’empiles sur les costaux des autres
l’approche de chaque métro
est une tentation de déchiquètement ferroviaire

franchir le quai d’un bond
avec un plié sur l’anacruse

autant de jointures ivres et morcelées
crâne ruisselant
des morsures de métal jusqu’aux os

attention
nous devons interrompre le service
pour une durée indéterminée
sur la ligne verte
à cause d’une intervention ambulancière

comme quoi
il est vrai qu’il ne se passe rien dans cette ville

*

garde une douzaine de mots
et regarde où ça nous mène
le pire qu’ils peuvent faire c’est
de réduire notre mobilité
mais qu’est-ce qu’une frontière
quand la nuit enveloppante peut
nous transporter de l’autre rive

on ne finira pas