BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

3.8.10

Les Aventures du Père Ubu en avion


C’est troublant, à matin j’ai su que le vieux Tupolev de marde qui transportait tout l’État Major, la femme, le barbier, la fluffeuse du président polonais, s’est écrasé sur des arbres, tuant une centaine de personnes, tous et chacun des occupants. La Pologne en deuil, et l’histoire mérite que je m’y attarde. Ce n’est pas trop débile, ça, un pilote présidentiel qui essaye d’atterrir sur piste courte en mauvais état, par temps de brouillard complet, contre le gré des contrôleurs russes, et après quatre tentatives infructueuses d’atterrissage? Et que les victimes étaient en somme un petit dictateur et sa grosse cour de débiles, qui représentaient toute l’élite d’un système conservateur et tête-de-bouc? Il a tout d’un petit Polonais de merdre, le père Ubu, si je ne m’abuse; Les Aventures du Père Ubu en avion, je suis certain que ça aurait plu à Jarry – l’histoire ne finit pas là, c’est encore juteux longtemps. Chantier opératique, quoi : libretti à l’appel! D’ailleurs, il y a à peine deux jours j’avais vu que le premier ministre polonais s’était rendu en Russie pour commémorer le 70e anniversaire du massacre de Katyn, perpétré pendant la guerre mondiale, et que Poutine s’était rendu historiquement sur les lieux. Historiquement, parce que les russes étaient quand-même responsables de la mort de 22 000 Polonais, et que jusqu’ici ils n’avaient pas officiellement reconnu leur culpabilité. Mais le petit Ubu, lui, il était fru, et il a boudé les célébrations, voulant faire son propre hommage. Il y tenait dur comme fer; ça se ferait à sa façon ou ça ne se ferait pas. Le contrôleur aérien russe a dit au pilote qu’ils pouvaient atterrir ailleurs, que le mauvais temps n’aidait pas, mais je vois bien le petit Ubu dans le cockpit, sur le seuil d’une crise cardiaque, têtu, derrière son pilote obéissant, hurlant qu’il fallait se poser à tout prix, question d’orgueils nationaux et personnels tous confondus, nul ne saura. J’imagine que c’est sa propre effronterie, légendairement connue de tous, qui l’a fait connaître sa mort ce matin. En tout cas, c’est très près de la forêt où ces 22 000 Polonais avaient été exécutés, que son Tupolev s’est heurté aux cimes des arbres, a été happé par le bois, est tombé, a pris feu. Il me semble étrange qu’il n’y ait pas eu de survivants à une si basse altitude et à une vitesse de manœuvrabilité, peut-être le feu a été fulminant. Mais je crois bien que ce n’est pas du terrorisme, comme Eugène Terre’Blanche n’a pas été tué par haina raciale, c’est une sorte de bonne augure dans l’horreur. C’est étrange de se trouver heureux de la nouvelle que quelqu’un est mort à coups de machette et tuyaux. C’est pareil pour le Tupolev d’Ubu à Katyn. Dors bien, alors, petit tabarnak, sois bien coi et douillet sous tes décombres présidentiels.