BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

2.9.10

Don Quichotte aux Chic-Chocs


En vérité je te le dis, Chlamydias, sache que la réalité n’est qu’un art qui dort le jour, qui connait mal les rondpoints, qui supporte mal la chaleur humaine, qui s’étiole. Mais ne crois-tu point vraiment que, d’entre tous les spasmes électromagnétiques de notre cervelle, ce soit l’amour qui est au centre de la réalité?

L’amour n’y est pour rien, Sagratte, nous devons nous dépêcher de rapprendre la préhistoire. L’amour m’a éloigné des hommes (pas des femmes) : ce n’est qu’un vice qui laisse pantois.

L’ennéade est sage de te câlisser patience si, comme tu dis, et je ne peux guère te seconder, il est vrai que les élans de l’âme sont aussi faux que les marées. Mais n’observons-nous pas les abeilles, les loups et d’autres animaux intelligents, qui se tiennent en groupe pour se donner chaleur? N’est-il pas là un besoin qui nous rapproche davantage des réflexes qui nous précèdent?

Bof.

Cher Chlamydias, tu es encore bien trop jeune pour abandonner la luxure des sens, ton cynisme ne peut éventrer aucun mammifère, personne ne te croira, tout le monde se bornera à te réconforter videment et à exalter la patience comme la plus payante des vertus! Dans tout l’émerveillement de la jeunesse se trouve le trésor de l’orgueil, et tu te dois de l’apprivoiser lourdement, tu te dois d’érafler la quille, de faire fall-ball. Tu es encore trop jeune, Chlamydias…

C’est ce que mon boss me disait à l’école de ballet, ‘’tu ne seras plus un serin’’, ça m’a fait faire de l’eczéma et lire du Cafavis, et depuis j’en pleure; je mange des ananas pour déjeuner, il paraît que ça met de bonne humeur car ça rappelle des vacances. J’ai mis une petite chandelle à Denis Vanier, pour voir s’il me pousse des tatouages viscéraux, et j’ai fait une offrande à Saint-Laurent, pour que les sous-marins allemands ne pénètrent plus nos eaux. Entre Haldimand et Cap-aux-Os il y a encore des grilles sous-marines construites à cet effet.

Mais pourquoi as-tu installé pareilles grilles à l’entrée de ta Gaspésie, entre les aortes de ton cœur?

Tu vois, cher Sagratte, les sous-marins ne me plaisent pas trop. Premièrement, ils font bip-bip et ça m’empêche de bien dormir, ensuite j’ai été pris de claustrophobie et d’hydrophobie à la fois; ça m’a déplu, et ça m’a paru trop phallique. Finalement je laisse ça aux jeunes.

Mais tu te bornes, Chlamydias, à renoncer à ta vie, tu t’empiffres d’ombre, tu deviens prof de noir au cégép des couleurs, et ça grinche au-dessus des aigus, ça peak dans le mid, ça dort à minuit. Quel gâchis de gars chaud…

T’inquiète, Sagratte, je ne serai ici que pour provoquer la vie, pour la secouer, pouic, crac, ahom, alem! Les dieux vont voir que je proteste, et que le silence comporte la plus lourde des protestations, la plus immonde des insultes aux créateurs. Ils vont se voir contraints de prendre une décision, et leurs dés d'hier ont ma scission : ils m’abandonneront à l’oubli et à l’ermitage inconnu, ou bien me gratifieront avec ce qui m’a tant manqué. C’est seulement en y renonçant que j’ai eu accès aux vraies dimensions de mon existence.

Je ne te dis pas que tu n’aies pas réfléchi avant de te lancer dans le vide, tu n’es pas parti en Afghanistan, au moins, et pour ça, cher Chlamydias, je ne peux que remercier tous les dieux. Seulement, et je tiens à insister sur ce point, et je dirais même plus, et je dirais encore plus, je te prie de permettre encore la navigation du Saint-Laurent.

Depuis 1534, je ne plante plus de croix, Sagratte, tu le sais! Maintenant je dois y aller : j’avais promis à Asclépios de lui faire à souper et de changer ses couches.

Tu ne pars toujours que trop tôt, cher ami, notre dialogue commençait à porter fruit. Tu es parti trop tôt de tout, je me demande quand nous nous reverrons.

Avant l’hiver, car j’ai laissé des choses à Saint-Jean-sur-Richelieu…

D’accord, mais si t’as le temps, demande donc à Asclépios, vu que t’es de passage chez lui, de mettre un coq sur mon compte. Je lui paierai sans faute le mois prochain, que les dieux en soient témoins.

Ce sera fait, Sagratte, et porte-toi bien!