BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

20.9.10

Macondo 252 (after)


Octobre qui s’en souvient.
Mon sang est un Macondo 252 qui ne peut pas être bouché.
Quand on est d'la race des pionniers, on est fait pour être oublié (Bozo-les-culottes).
J’arbore le trait de la tuerie et en sors affaibli (mais je comprends rien! Ta gueule).
Tout le Golfe du Mexique, je connais. C’est une flaque d’eau noire, merci papa.
Toutes les flaques d’eau noire sont dans mon sang, et je me coule en elles.
Je suis comme un désastre, si je n’avais pas endommagé ma caméra.
Je broute. Le boom-boom continue. Cauchemar : c’est populaire.
Cauchemar : des gens acceptent d’être populaires.
Cauchemar : moi, seul avec mes mamelles.
Je gobe des lanternes et la nuit j’émets des lueurs et des feux-follets.
Les ombres se collent et disent que j’ai du talent. Je songe à les écraser.
Je m’en vais au diable avec ma culture encyclopédique.
Je coule et coule.
Instoppable Macondo 252.
Construire comme ça ne devrait pas faire saigner. Je crois en la violence.
Je suis triste qu’on m’ait pris ma place, j’ai foulé la cheville d’un autre.
50 Cent m’a pris ma place, le DJ, le bloggeur, la pétasse du Vieux-Montréal.
Prennent ma place les ignobles. Les nobles bâillent.
Trop fort, ta gueule. Ils me le disent. Va t’habiller.
Émerge seul, casse-toi. Seul avec mes mamelles.
Octobre qui s’en vient.
Mon sang, je ne le veux pas ni de nuit ni de jour.
Je ne savais pas que la vie, c’était ça.
Si au moins quelqu’un pouvait s’asseoir et me dire pourquoi.
Ce n’est plus possible, ça marche plus, ça ne fonctionne guère.
Ça doit être à cause de Jésus, la Wii et le libre arbitre.
Les adolescents, conséquemment, n’apprennent plus rien.
Don Bachardy, ce n’est plus faisable, ils sont trop cons.
Ça fait trop peur, le pas-de-choix.
Ils me le disent.
Évidemment, le choix rétrécit le cerveau.
N’importe quel petit cute est plus cute que moi.
Il constitue un meilleur repas populaire. Boom-boom.
À la sortie des after, le DJ, le bloggeur, la pétasse du Vieux-Montréal.
Ils chantonnent tous du 50 Cent. Ils aiment ça, les atrophiés.
Je ne veux pas de crucifix, mais les apôtres étaient tous des adolescents.
Jésus avait la trentaine, il les draguait en Galilée, dans les after.
Jean Baptiste a trouvé que le petit cul avait du talent, il a voulu le serrer.
Serrer tight son petit cul, arpenter son torse juvénile avec sa langue bifide.
Les ombres se collaient à lui comme un puits de pétrole.
Jean Baptiste et Jésus. Macondo et Cavanillesia Platanifolia.
Il faut absolument voir comment la perversité ne m’habite pas du tout.
Qui s’en souvient?
Ta gueule.