BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

18.11.10

Capitaine Québec


Capitaine Québec s’ennuie fort. Coups de poing transis à droite et à droite. Puis silence. Capitaine Québec va se cogner fort-fort le jour de la Saint-Jean. Ses habitudes lunaires vont changer ; gare à la lune, elle mue ! Si les cigales sont égarées, si hors de la honte un cri vient réveiller les maçons, alors on pourra cimenter, alors on pourra nourrir.


« Ça cuit. Si il y a de quoi là-dedans il va crever »

Capitaine Québec va s’attaquer cette année à l’un des plus grands dangers du jour de la Saint-Jean. Effectivement, à chaque 24 juin, les parcs publics du Québec doivent être vidés d’abord de gens et ensuite de verres en plastique écrasés par la foule et dont les cadavres sont impunément abandonnés par leurs propriétaires. Ces actes de vandalisme envers des minorités visibles tels les verres en styromousse sont violemment réprouvés par la loi, ce qui n’empêche pas le décès d’au moins 6 450 000 verres de cette espèce à chaque année. Capitaine Québec essaiera de sensibiliser les gens cette semaine en jouant l’intégrale de Ferneyhough en continu dans le bureau du maire, jusqu’à que celui-ci déverse la somme nécessaire à payer la Guilde des super-héros Québécois.


(On se souviendra que l’année passée, la Ministre de la Pilosité, Vagina Dentata-Smîsse, a admis avoir renfloué les caisses de cette Guilde à plusieurs reprises car elle se trouvait en difficulté dans l’exercice de ses fonctions. Rappelons que Capitaine Québec était arrivé à sa rescousse avec la célèbre crise du SRAS, détournant complètement l’attention de la population avec 96,6% d’efficacité et 6,5% de croassement, ainsi que 2,7% de bifidus proactif.)


« Les professeurs, c’était leur faute… »


Ce fut au mois de juillet de l’an 237 que le Capitaine Québec affirma devant une foule : « Ne nous demandons pas ce que nous pouvons faire pour notre pays, demandons-nous plutôt ce que notre CLSC peut faire pour nous. » Ce ne fut que plusieurs siècles après que le président Kennedy déforma cette célèbre phrase québécoise. Rappelons que le Capitaine Québec avait échangé de l’information avec la France en 1534, ce qui a précipité le voyage de Jacques Cartier à la Ronde, ce qui eût comme conséquence bien connue l’implantation du premier McDonald’s entièrement bilingue au continent.

« Un itinérant battu à mort à coups de piastre »

Capitaine Québec s’ennuie fort-fort.