BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

11.12.10

L'Art-dieu (hardi)


Aussi longtemps que le venin fonde, nous serons tous pareils. Quand le venin aura fondu, il y en aura des distincts. Pour que le venin se dissolve, il faudra suivre les grands cours: l'Orénoque, le Saint-Laurent, le Mississippi, l'Amazone, l'Euphrate, le Nil et le Gange. Il y aura aussi la panique: elle devra être viscérale et sans répit. On parle de métros et aéroports dans le noir: les cris purgeront toutes les zones grises hors des esprits vivants, après la peur il y aura le répit, et le besoin de formes nouvelles d'expression.

Il faudra revenir en arrière quelque peu: les insouciants ne sauront rien, on devra leur apprendre d'abord l'art de la passation, pour établir un flux, un contact. Ensuite viendront les grandes matières: les bismuth, cobalt, tantale, molybdène, hafnium, antimoine, radon, tellure et bore. J'écris le plus rapidement possible avant mon infarctus: les pressions de ma poitrine deviennent inavouables. Le cœur du monde s'obstrue aussi.

Il faudra observer les plus atroces des pourritures sans se pincer le nez: il faut prendre de grandes bouffées de vapeur de merde mordue au froid arctique. Des cotons boucanants s'agrippent aux cheminées presque sans mouvement: on ne sait plus si cette fumée de lait rentre ou sort du pauvre tuyau. La bite a définitivement rétréci de quelques centimètres et les mains et les oreilles font mal. Et c'est là qu'on pense, c'est là qu'on donne, c'est là qu'on clame, c'est là qu'on réclame.

Il faudra éloigner de soi les esprits qui pullulent, réformater nos consciences, colmater l'horreur après l'avoir apprise. Seulement ensuite, les grands buts seront-ils paisibles d'être atteints: Ruwenzori, Elbert, Tajumulco, Erebus, Annapurnae, Moruyo, Apo, Robson, Fuji, Chimborazo, Matterhorn, St. Elias, Nuptse, Grandes Jorasses, Mauna Kea, Ben Nevis. La tentation d'être cuivre ou lave informe, coulant le long des flancs sexys et des éjaculations telluriennes - ça ne s'est pas reproduit depuis l'âge de bronze, même pas aux Venus Awards.

On a appris beaucoup de nouvelles déviations sexuelles de nos jours, toutes aussi loufoques et inutiles, mais jamais la téllurisexualité: le fait d'être attiré par la terre, de copuler avec les éléments. Les attiques anciens étaient bien trop pudiques pour exposer la vraie nature de leurs dieux; ils étaient nés de contacts sexuels entre le sperme d'un volcan et l'ovule d'une belle femme paralysée dans le temps comme les cadavres de poussière à Pompéi. On ne parle pas de ceux qui baisent la terre par manque d'orifices avoisinants, ou par épuisement de perversion, mais bien d'humains qui sont frappés par la terre pour engendrer des hybrides.

Bien sur, la terre s'est lassée il y a longtemps de ces aventures - dans les temps mythiques, la population du monde ne dépassait pas les dix millions de têtes. Aujourd'hui l'infection que nous sommes devenus dérange la terre. Comme un tueur en série, elle détruit tout ce qu'elle avait jadis traité avec tendresse. Elle ne se contente plus de copuler partout, elle tue les humains par millions mais les laisse stériles. Elle n'a plus le goût de procréer avec des humains - les dieux sont morts ainsi.

La terre veut maintenant privilégier les insectes. Elle les dotera d'intelligence et de poumons d'ici quelques millions d'années, ce qui assurera leur suprématie. Essayons de faire en sorte que les archéologues du futur, des sortes de blattes nerds d'un demi-mètre de hauteur, n'évaluent pas trop durement le règne humain. Imaginons ce que nous voulons représentés sur les dioramas dans leurs musées futurs, et tentons de faire en sorte que ça arrive par nos actions, par ce que nous laissons derrière, par notre art. Qu'ils ne puissent pas dire que nos dieux s'appelaient Coca-Cola, Microsoft, Nike, General Foods, ExxonMobil, Ford, IBM, Yamaha, DaimlerChrysler, General Electric, Unilever, Royal Dutch / Shell, Siemens, BP, Wal-Mart, Volkswagen, Hitachi, Walt Disney, Procter & Gamble, Dassault, AOL/Time Warner, Google, L'Oréal, Bombardier.