BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

28.4.11

Fils syphilis


fitoupavouère à vous tous
nilouitou sissaphâa
explique et explique tijuana à toi
filouuuuu
ton point m’exclâame d’ion
et à coup tousse
comme de coutume triple ikss
sans alibarevouère sassi
yiou bi je crâlle à nitaille
et elle s’esblouvi-sse sans cesse
passerovitz le vent d’es cod-d’s
et qu’àâaawère les étoèles pendu-es
p’es pié
et d’à coup stouffe
remue-plointe et syrops de toutes esbriffes
garnis de chiasme et forts en yeule pleine
grubbent et astourflent l’argot
jusqu’à le rendre pièrde et tzschambot
jusqu’à la moesse d’elle
la prouesse de prou d’isse et d’il en poisse
de rue et rixe de sue en sexe d’aine en annexe
dédicace froide niou pour fluoi
je touche
tu touches
floui touchi
il ou elle touche
et ainsi de suite jusqu’à l’épifrement
du schwock sans plus farder
et grime et lièvre doux
et prima santème daquiloufare
nixe à sa friche la gradation indispensante
groucho à la quelle
finissent en aneboumène les emboudes
et les chiffres sanolongues
sept, neuf cents douze, et mitorze
pour les interestez donc
imperousse à la claustrophobec
dans la choube
foussare et faussaire un jejou de pougne
et de futiles aliments disparates
de futurs allemands élémentaires
de Watson et son
fils syphilis s’y fit son
fils syphilis s’y fit son
fils syphilis s’y fit son
fils syphilis s’y fit son
fils syphilis s’y fit son
fils syphilis s’y fit son