BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

5.5.13

Like a P-6



Le petit P-6 est hideux. C’est l’I-2 P-6. Le P-6 est flyé like a G-6. Il faut le répéter, P-6, P-6, P-6…jusqu’à l’hébétude ou l’hypnose. Le P-6 pis si pis ça, pipi caca. Le PQ pis le P-6, puis que cesse le P-6 ou que le P-6 vous Duplessisse. Le P-6, ça suce (à tes souhaits!).

Autrefois c’était pareil: il y avait des tanks d’ins rues. Autrefois c’était pareil : la fois de Pinochet, sauf qu’ici ils font plus Pinocchio.

Allô l’ONU : c’est où votre gagne de cass’ bleus, votre troupeau de sans-pareil, votre meute d'appareillés? Ça casse le blues. On n’en a pas plus besoin de votre urticaire que de votre police stationnaire, tortionnaire d’aptes?

Attends un peu que je saisisse le P-triple 6, le 450, le 514 et le 438 crews rapetissent devant le fucked-up putsch-up du wassup

Emblèmes et aïe.phone, on se verra en cours d’histoire d’ici le décollage de notre envergure, de notre motricité, de notre capacité d’imaginer la beauté du désastre.

Séchez vos cours de vie, vivez vos sèches de court, courez vos vies de sec, disséquez si vos rescousses arrivent et sachez verrouiller vos dèches.

J’ai des visions P-6, cavalier G-4 à F-3 , ctrl + F-6, moins de brillance à l’écran...

Superposons la méta-force, métastasions l’abluante candeur, cantons-nous contre l’expérience du poison abrupte et neuf qu’exsude la civilité en phase terminale.

Je suis loin pour tenter de loin la lenteur du sacrifice, l’insatiable perte de l’identité, la dénationalisation subie par la force du sang et par la mémoire imposée, dans chaque gesticulation du langage appris, dans chaque recoin sémantique, interchangeable, comme une neurone à switch

Sandwich de squelettes, de pierres et d’air par moyens et hauts calibres, démembrant millénaire après millénaire de bonté sordide, d’auxiliés barbares, de molaires en mouvement et de foies intoxiqués.

J’âpre, j’âcre, j’âne. J’erre. Un verbe fait plaisir, un verbe bouge et n’a pas besoin de substantif, de substance, d’if.

Par exemple, j’obsèque en verbe et au singulier, juste un; il faut mal dire pour traduire l’indicible. Il faut dire mal, je faut, tu faus, il et elle faut…

Déformer est un Art.

La Police de Montréal est dangereuse, veut Pinocher (oui, un verbe, je sais que ça s’écrit Pinochet, il n’y a pas de typo, ta gueule).

Ce serait gentil que vous ne vous décourageasses point, que le plus patient soit plus chic que le plus plouc, que le passant soit créatif, que ça fonctionne…

Il n’y a pas de dignité dans le martyre, fuyez si c’est nécessaire, mais (virgule mais, en levant l’index), n’oubliez pas de vous défouler. De foule en foule ou de un à un, les règnes achèvent. À bas Rome, j’aime le tweed.