BLOG PERPETRADO POR

FRANCISCO LEQUERICA

17.2.14

Trop d'adjectifs



èccolo!
un bras dans l’effort de nuit
une étreinte dans la syntaxe absolue
je ne fais plus la fête
mais j’épargne
comme épargnent les bêtes fantomatiques
j’observe une lueur géante
gratifiée des orbes giratoires
escarper l’étui épouvantable
souche après souche
dans un trait dispersé

ça signifie beaucoup
de te tolérer en petit sursis
de m’esclaffer de toi
devant les dieux immondes
et ça mortifie de t’éclairer
car tu t’éloignes
tu fais de ta nuit un miracle à part
et ça me gosse profondément
de penser à l’ennui
que tu m’éprouves
sans que ce soit moi
l’interventeur général
de ta jouissive paresse